Vous êtes iciAccueil>Admin
Admin

La louange est à Allah, que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Qu’Allah, Le Créateur de toute chose élève en degré et la préserve la communauté de notre maître Muhammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam, la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier Muhammad.  Allah dit dans le Coran : « Allah a accordé aux Messagers des degrés supérieurs les uns  les autres » [soûrate  Al-Baqarah / 253]. Le Prophète Muhammad alayhi salat wa salam est le maître de tous les fils d ‘Adam et ceci fait l’objet de l’accord des savants: « Je suis le maître de tous les fils de ‘Adam au jour du jugement et je ne dis pas cela par vanité » c’est-à-dire : ce n’est pas par vanité que je l’affirme mais je le dis pour parler des grâces que Allah m’a accordées. Il y a en cela une preuve qu’il est permis de le qualifier comme étant le maître des humains. Maître au sens d’éducateur et non pas au sens de seigneur évidemment.

      Le prophète Muhammad est donc le meilleur messager. Allah azza wa jal dit dans un verset explicite de Son Livre honoré : « Il vous a été envoyé un messager, de parmi vous, qui a de la peine pour ce que vous endurez. Il veille à vous faire parvenir le bien et il est compatissant et miséricordieux. » [Sourate At-Tawbah / 128]. Chers frères et sœurs, connaitre qui était notre guide, la cause de notre joie, notre éminent prophète Muhammad alayhi salat wa salam, celui au sujet de qui Son Seigneur a dit : «  Et nous ne t’avons envoyé qu’en tant que miséricorde pour les Mondes » [soûrate Al-‘Anbiyâ’ / 107] est une chose capitale pour celui qui veut se rapprocher d’Allah azza wa jal.

     Nous qui aimons le Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam, n’ayons pas honte de montrer notre émotion en nous souvenant de lui. Ô vous qui aimez le Messager d’ Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam, sa conduite et son caractère vous mènent à son amour. Son comportement vous pousse à l’honorer davantage, ses excellents caractères sont une preuve de son haut degré. Parmi ses excellents caractères alayhi salat wa salam, il y a sa bonne conduite dans la compagnie, son comportement doux, sa bienfaisance, sa générosité quand il donne à manger et à passer le salâm, ses visites des malades, son accompagnement des convois funéraires, son règlement des différends entre les gens, son bon comportement avec son voisinage. En outre, il y a sa générosité, le fait d’étouffer sa colère, de pardonner aux gens, d’éviter ce que l’Islam a interdit tels que la médisance, le mensonge, l’animosité, l’envie, la tromperie, d’inciter à la discorde, l’injustice et tout ce qui repousse l’acception de son appel. Muhammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam était le plus indulgent des gens, le plus courageux devant l’ennemi , le plus équitable , le plus chaste,  le plus généreux,  le plus raisonnable.

 Le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam réparait lui-même ses sandales et raccommodait lui-même son vêtement. Chez lui, il faisait les tâches ménagères. À cause de la faim, le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam attachait une pierre au niveau de son ventre. Il mangeait ce qu’il trouvait et ne rejetait pas ce qu’on lui présentait. Allâh Ta`âlâ a dit à son sujet Tu as certes un comportement éminent » [soûrate Al-Qalam / 4]. Il était le plus éloquent des gens et il était celui qui avait les paroles les plus claires de sorte que tous ceux qui l’écoutaient pouvaient le comprendre. Le Prophète avait une voix haute, celui qui avait parmi les gens la plus belle voix. Al-Barâ’ qu’Allah l’agrée a dit : « Je n’ai jamais entendu quelqu’un qui ait une voix plus belle que la sienne ».

Tâchons de suivre son exemple et n’oublions pas son message, être fidèle au prophète d’Allah  c’est se conformer au Coran et à la Sunna.

 

Assalamou alaykoum wa rahmatu Mmahi wa bârakatu

vendredi, 06 novembre 2015 13:00

Le bon comportement

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l’Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.

     Assalamou alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh.

       Le but final du message islamique est que le musulman acquière une morale. En effet, le Prophète(SW) a affirmé dans l'un des hadîths : « Je suis envoyé pour parfaire les nobles caractères. »

Cet élément est également confirmé dans le Coran :

{Ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la prière, acquittent la Zakât, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable.

     Cependant, l'issue Finale de toute chose appartient à Allah. } [Sourate  22 - Verset 41]

 On lit aussi dans le Saint Coran :

{ La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant.  Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour Dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelque amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs, d'accomplir la prière et d'acquitter la Zakât.  Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère et la maladie, et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! } [Sourate 2 - Verset 177]

     Un bon caractère témoigne et résulte d'une foi sincère.  En réalité, la foi n'aura de valeur que si cette personne adopte un bon comportement.  Le Prophète ( SW ) y fait allusion lorsqu'il dit :

« La foi n'est pas une chose que l'on peut prétendre avoir, c'est la bonne intention que l'on a dans le cœur et qui se manifeste à travers un bon comportement. » [ Hadîth rapporté par Daylami.]

On a demandé au Prophète (sw) : « Qu'est-ce que la religion ? » - « C'est d'avoir un noble caractère »  a-t-il répondu. Le Prophète(sw) a confirmé le mérite du bon comportement :

« Le Jour de la Résurrection, rien ne pèse plus lourd (sur la Balance) que les bonnes oeuvres et le bon comportement. »  [ Hadîth rapporté par Abû Dâwud et Tirmidhî.]

     En fait, le bon comportement est un élément de haute importance dans l'Islam.  Sans lui, les actes d'adoration ne sont que des gestes et des cultes sans valeur :{ [... ] En vérité, la prière préserve de la turpitude et du blâmable [... ] }  [ Sourate 29 - Verset 45 ]

Le Prophète (SW) a dit : « Celui que la prière n'éloigne pas de la turpitude et du blâmable ne peut que s'éloigner d'Allah. » [Hadîth rapporté par Tabarânî.] Pour le jeûneur, le Prophète nous conseille ceci : « Si l'un de vous jeûne, il ne doit pas avoir de rapports sexuels avec sa femme, ni crier; si une personne l'insulte ou veut le provoquer, qu'il dise : "Je jeûne." » [Hadîth rapporté à l'unanimité]

     Le pèlerinage, comme la prière et le jeûne, exige un bon comportement et de la morale.  À cet égard, Allah  dit :

{ Le pèlerinage a lieu durant des mois connus.  Si l'on se décide de l'accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage [... ] }  [ Sourate  2 - Verset 197]  Dans le même sens, le Prophète (SW) a dit:

« Celui qui, pendant le pèlerinage, s'abstient de tout rapport sexuel (pendant les jours du rite sacré) et de tout acte pervers, sera lavé de ses péchés et reviendra sans péché, à l'état de pureté qui était le sien le jour de sa naissance. » [ Hadîth rapporté à l'unanimité ]

 Ibnou Hibbân a rapporté dans son SaHîH d’après Abôu Dharr, que Allâh l’agrée, qu’il a dit : « Mon Bien-aimé [MouHammad] m’a recommandé des comportements de bien. Il m’a recommandé de regarder celui qui a moins que moi et de ne pas regarder celui qui a plus que moi. Il m’a recommandé d’aimer les pauvres, de me rapprocher d’eux, et il m’a recommandé de dire la vérité même si elle est amère. Il m’a recommandé de maintenir les liens avec les gens de ma famille proche même s’ils ont pris des distances. Il m’a recommandé de beaucoup dire : lâ Hawla wa lâ qouwwata ‘il-lâ bi l-Lâh (il n’est de force pour obéir à Dieu que par Son aide et il n’est de protection contre la désobéissance à Dieu que par Sa protection) ». Le bon comportement, agir en bien, fait partie des comportements du Prophète `alayhi S-Salâtou wassalâm. `A’ichah, que Allâh l’agrée, a dit dans la description du Prophète : « Il n’était pas vulgaire, il n’était pas indécent, il n’était pas de ceux qui levaient la voix dans les marchés et il ne répondait pas au mauvais acte par un mauvais acte mais il pardonnait ».

 Wassalamou alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh.

vendredi, 30 octobre 2015 13:00

LA CONFIANCE EN ALLAH

     Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l’Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.

     Chers frères et sœurs, assalamou alaykoum.

     S'en remettre à Allah  n'est pas seulement un devoir moral pour le musulman, mais c'est aussi une obligation religieuse et une base de sa foi, car Allah  nous y incite en ces termes :

 « Que votre espoir soit en Allah, pour peu que vous croyez en Lui ! » [ Sourate 5 - Verset 23 ]

« Que les croyants se confient en Allah! » [ Sourate 64 - verset 13 ]

     Donc, la confiance absolue en Allah  fait partie de la croyance du musulman.S'en remettre à Allah  n'est pas une simple phrase que l’on prononce sans en comprendre la portée et sans y réfléchir. Ce n'est pas renoncer aux mesures nécessaires à prendre, prétextant avoir confiance en Allah  et se soumettant à ce que nous réserve le destin. Considérant la confiance en Allah  comme faisant partie de sa croyance, le musulman doit se munir de tous les moyens nécessaires pour toute action qu'il compte entreprendre. Il n'espère jamais cueillir un fruit sans lui avoir avancé ce dont il a besoin, ni attendre un résultat sans lui avoir fait les efforts nécessaires pour y parvenir.

      Quant aux résultats de ces moyens, le musulman les confie à Allah  qui est Seul, capable de les réaliser.

     S'en remettre à Allah  est donc, pour le musulman, agir et espérer avec confiance et sérénité, tout en étant convaincu que seule la volonté d’Allah  s'accomplit et que ceux qui auront fait du bien ne seront jamais frustrés. Malgré ces précautions, il est conscient que ces moyens, à eux seuls, ne peuvent mener aux résultats désirés ni à la réussite. Il les considère, tout au plus, comme une exécution de l'ordre d’Allah  auquel il faut obéir, comme on obéit à toutes Ses prescriptions. Quant à obtenir le résultat espéré, c'est entre les mains d’Allah  qu'il faut se remettre. C'est Lui qui est capable de réaliser de tels succès. Ce qu’Allah  veut, se réalisera et ce qu'Il ne désire pas, n'aura jamais lieu ! C'est ainsi que le musulman juge les procédés mis en œuvre. Compter uniquement sur eux et leur faire confiance est une hérésie que le musulman rejette, mais y renoncer, alors qu'il est capable de les mettre en œuvre, est une impiété qu’Allah interdit et pour laquelle il faut demander pardon si on la commet. Le jugement des moyens utilisés découle de la philosophie de l'Islam et des prescriptions du Prophète. Celui-ci avait soutenu de longues et nombreuses guerres. Avant de les engager, il s'y préparait sérieusement, choisissait même le champ de bataille et le moment opportun. On rapporte qu'il ne déclenchait jamais d'attaque dans les moments chauds de la journée et attendait la fraîcheur du soir. Avant le combat, il avait déjà établi ses plans et aligné ses hommes. Après les préparatifs matériels susceptibles de le conduire à la victoire, il levait les mains au ciel implorant le Tout- Puissant et disait :« Ô Allah, Toi qui as révélé le Livre, qui déplaces les nuages, qui vainc les coalisés mets-les en déroute et accorde-nous la victoire !»Ainsi, le Prophète  réunissait les moyens matériels et spirituels, confiant toujours la victoire entre les Mains de Dieu et à Sa volonté. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

      En voici un second : La plupart des compagnons du Prophète  avaient quitté la Mecque pour Médine. Le Prophète patientait et attendait la permission divine pour partir. Enfin il la reçut.

     Quelles furent les dispositions prises? Il choisit pour compagnon de voyage Abou Bakr, son meilleur ami. Il s'approvisionna pour le voyage en eau et vivres. Il choisit une monture remarquable pour ce long et pénible voyage. Il fit son choix d'un guide chevronné connaissant la route dans ses moindres recoins et difficultés pour le mener dans cette odyssée. Les païens le recherchèrent ensuite activement, lui et son compagnon. Pour échapper à leur regard, le Prophète  se réfugia avec son ami dans la grotte de « Thawr ».  Là, Abou Bakr lui dit : « Messager d’Allah ! Si l'un de nos ennemis se baissait, il nous verrait à ses pieds ! Et le Prophète lui répondit : «Que penses-tu ô Abou Bakr de deux [personnes] dont Allah est le troisième ?» Cet épisode illustre la foi inébranlable aussi bien que la confiance illimitée en Allah. Il montre également que le Prophète   ne sous-estimait pas les mesures nécessaires à prendre, mais il ne faisait pas fond sur elles. L'ultime précaution du musulman c'est de s'abandonner à Allah  en toute confiance et quiétude d'âme. Après avoir pris les dispositions que dictait la sauvegarde de sa personne, jusqu'à se tapir au fond d'une grotte sombre, asile des vipères et des scorpions, le Prophète , avec l'assurance du croyant et la certitude de l'homme confiant, dit à son compagnon peu rassuré :« Ne t'afflige pas, Allah  est avec nous ! Que penses-tu de deux [personnes] qui ont Dieu pour troisième ? » [Rapporté par Boukharî]

       En préconisant la confiance en soi-même dans toutes ses activités le musulman vise à n'être l'obligé que d’Allah  Seul.  S'il est capable d'accomplir seul son travail, il n'en charge personne. S'il est en état de satisfaire seul son besoin, il ne recourt à nul autre qu'à Allah. S'il s'adresse à un autre qu’Allah, son cœur sera attaché à cet autre. Le musulman ne l'admet jamais !

      En se conduisant de la sorte, il ne fait que suivre le chemin des gens pieux et véridiques.

« Mets ta confiance dans Le Vivant, l'Immortel !» [Sourate 25 - verset 58]

« Dieu Seul nous protège. Il n'est pas de meilleur appui ! » [Sourate 3 - verset 59]

      Enfin, rappelons-nous cette parole du Prophète : « Si vous vous remettez à Dieu comme il sied, vous serez pourvus comme le sont les oiseaux : ils partent le matin ventre creux et rentrent le soir repus.» 

           Wassalamou alaykoum warahmatoullahTaâla Wa Barakatouh .

 

vendredi, 23 octobre 2015 14:00

Achora

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l’Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.

     Chers frères et sœurs,

     Achoura (10 Mouharram). Dans les deux recueils authentiques de Boukhari et Mouslim, Ibn 'Abbas  fut questionné au sujet du jour d''Achoura, il répondit : « Je n'ai pas vu le prophète jeûner un jour en y recherchant plus son mérite si ce n'est ce jour-ci, c'est-à-dire Achoura. »

 Le jour d 'Achoura a un grand mérite. En effet, il est sacré de longue date, son jeûne était connu chez les prophètes de part son mérite. Nouh (Noé) et Moussa  l'ont jeûné, les Gens du Livre le jeûnaient, de même les Qouraychites le jeûnaient à l'époque préislamique. Le Prophète  l'a jeûné en quatre étapes :

     1) Il le jeûnait à La Mecque, sans ordonner aux gens de le jeûner. Dans les deux recueils authentiques d'après Aïcha : «Achoura était un jour de jeûne pour les Qouraychites à l'époque préislamique et le Prophète le jeûnait. Puis, quand il émigra à Médine, il le jeûna et ordonna de le jeûner. Ensuite, quand fut révélée l'obligation du mois de Ramadan, il ne jeûnait que le mois de Ramadan et délaissa le jeûne d'Achoura.  Donc, celui qui voulait jeûner ce jour le faisait volontairement.

     2) Lorsqu'il arriva à Médine, il vit que les Gens du Livre jeûnaient ce jour et le vénéraient. Il le jeûna donc et ordonna aux gens de le jeûner, et les incita, à tel point qu'ils faisaient jeûner leurs enfants, comme cela est rapporté dans les deux recueils authentiques d'après Ibn 'Abbas et d’autres.

     3) Lorsque fut prescrit le jeûne du mois de Ramadan, le prophète  n'ordonna plus aux compagnons de jeûner 'Achoura et n'insista plus à son sujet. Le hadith de Aïcha  à ce sujet a été précité, et la plupart des savants jugent qu'il est conseillé de jeûner mais sans caractère obligatoire.

     4) A la fin de sa vie, le Prophète   décida de ne plus le jeûner seul, mais d'y ajouter un jour, afin de se distinguer des Gens du Livre dans leur jeûne.

     Il est donc recommandé de jeûner ce jour, ainsi qu’un jour avant (et un jour après). Les savants sont unanimes à considérer le jeûne de ce jour comme étant recommandé et non pas obligatoire.

 

     Les savants ont tiré des textes rapportés au sujet de ce jeûne qu’il s’agit bien d’une recommandation et non d’une obligation. Le jour d’Achoura est le jour durant lequel Dieu a sauvé Moise et a fait noyer Pharaon. C’est aussi le jour où Il a accepté le repentir d’ Adam, où Il a sauvé l’Arche de Noé. L’Imam Mouslim a rapporté que `Abdou l-Lâh Ibnou l-`Abbâs que Allah les agrée tous les deux, a dit : « Le Messager saw est arrivé à Médine, a trouvé des mécréants parmi les fils de Israël qui accomplissaient le jeûne d’ Achoura. Ils furent interrogés à ce sujet. Ils répondirent :

« C’est en ce jour que Dieu a donné la victoire à Moussa (Moise) et aux fils d’ Israël (descendants du prophète Jacob qui est musulman comme tous les prophètes) sur Pharaon aussi nous jeûnons ce jour afin de le commémorer ». Alors, le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam dit : « Nous sommes plus proches de Moussa (Moise) que vous », c’est à dire que nous avons la même religion que Moise à savoir l’Islam. C’est alors que le Messager d’ Allah ordonna aussitôt de jeûner ce jour (de façon recommandé).

      Le Messager d’ Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a recommandé de jeûner aussi le jour de Tâçou`â’, le neuvième jour du mois de Mouharram. Cette recommandation est tirée de la parole du Prophète : « Si je vis jusqu’à l’année prochaine, je jeûnerai le neuvième jour. » [Rapporté par Mouslim]. Le Messager d’ Allah est toutefois décédé avant cela. Certains savants ont dit que la sagesse était dans le jeûne du neuvième jour du mois de Mouharram, il s’agit d’une précaution car il est possible que l’on se trompe dans la détermination du début du mois. D’autre part, si l’on ne jeûne pas le neuvième jour avec le dixième, il est recommandé de jeûner le onzième. Ach-Châfi`iyy a  même recommandé explicitement dans son livre Al-‘Oumm de jeûner les trois jours. Louange est à Allâh, le Créateur du monde.

jeudi, 22 octobre 2015 15:41

Devenez bénévole

 

Vous souhaitez vous investir au sein des activités de notre mosquée

Vous souhaitez vous rendre utile ?

Vous souhaitez faire des bonnes actions fi sabili Allah ?

Inscrivez vous en envoyant un email à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

vendredi, 16 octobre 2015 14:00

Commencer une nouvelle année en Islam

Chers frères et sœurs

     Nous débutons aujourd’hui le nouvel an islamique (hégirien) c'est-à-dire le 1er mois (Muharram sacré) de l’année 1437. Le 1er du mois sacré de Muharram: correspond au nouvel an islamique/ 1er jour de l’Hégire (ce jour a coïncidé avec l’année 622 de l'ère chrétienne) : le nouvel an islamique célèbre le départ (l’émigration) de notre bien aimé Muhammad (paix et salut sur lui) de la Mecque pour Médine, en 622. 
     Les musulmans en particulier et l’humanité en général ont beaucoup de leçons à tirer et à apprendre de cet événement historique majeur qui a changé le monde et permit la naissance du premier état musulman à Médine (l’Illuminée). 
     La patience et l’endurance du Prophète (paix et salut sur lui) et ses compagnons pour supporter tout le mal des Qurayshites à la Mecque pendant des années, ont eu comme dénouement, la permission de Dieu d’émigrer à Médine et toute la puissance et la victoire qui viendront par la suite.
Les premiers musulmans étaient très durement persécutés et torturés à la Mecque par la puissante tribu de Quraysh (qui voyait dans l’islam une menace pour sa notoriété et son commerce lié aux idoles). Les musulmans étaient alors peu nombreux et faibles en majorité, une grande partie d’entre eux étaient des esclaves. Incapables de repousser leurs persécuteurs, tout ce qu’ils pouvaient faire était de patienter jusqu’à ce que Dieu leur donne une autre issue. 
     La douzième année de la mission prophétique, douze hommes de la ville de Yathrib (l’ancien nom de Médine) se rendirent à la Mecque pendant la saison du pèlerinage et rencontrèrent le dernier Messager à l’endroit dit Al-`Aqabah. Ayant entendu son message, ils embrassèrent l’islam et déclarèrent leur foi lors du Premier Serment d’Al-`Aqabah. Le Prophète envoya Mus`ab Ibn `Umayr(que Dieu l’agrée) avec eux à Yathrib pour leur enseigner la religion. Mus`ab réussit à convertir beaucoup de gens à l’islam. L’année suivante, soixante-treize hommes et deux femmes de Yathrib se rendirent auprès du Prophète pendant le pèlerinage et lui prêtèrent allégeance, ce fut le Deuxième Serment d’Al-`Aqabah. Ils promirent de le protéger (soutenir) et d’aider les musulmans de la Mecque à se réinstaller dans leur ville.  Cette délégation constituait le noyau de musulmans qui reçurent par la suite le nom de Ansâr, littéralement les Auxiliaires ou les Secoureurs, des musulmans originaires de Yathrib (Médine). Les musulmans quittèrent progressivement la Mecque, par petits groupes, pour ne pas attirer l’attention des Qurayshites. L’histoire relate de nombreux récits à propos de ces hommes et de ces femmes qui abandonnèrent leurs maisons, leurs biens, et leurs familles pour avoir la possibilité de pratiquer librement (sans être inquiété) leur religion à Médine. 
Avant, pendant et après l’émigration d’innombrables leçons de dévouement, d’amour inconditionné, de fraternité, de solidarité, de fidélité : peuvent être tirés et enseignés au monde… 

     Le premier État musulman a ensuite vu le jour à Médine. Il était basé sur les valeurs les plus nobles instituées par le Messager (صلى الله عليه و سلم) . 
L’amour, la fraternité, la solidarité et l’altruisme étaient à la fois le ciment et le moteur dans cette honorable société. Les Médinois (al-ansâr) ont accueilli très généreusement les émigrés (al-muhâjirîn), au point de partager avec eux leurs maisons et leurs biens.  Dieu dit à ce propos dans le Coran : « Ceux qui possédaient avant eux la maison de l’exil (Médine) ainsi que la foi aiment ceux qui immigrent chez eux et ne ressentent dans leurs poitrines (cœurs) aucun sentiment d’envie pour ce que ces gens ont reçu. Ils leur donnent de plus la préférence sur eux-mêmes, même s’ils sont dans le besoin. » Coran 59/9. 
     Prions Allah pour que cette nouvelle année 1437 soit une année de bonheur, de réussite et de prospérité pour tous les croyants et les croyantes. Prions Allah aussi pour qu'Il nous guide, nous donne la paix intérieure et extérieure et qu'Il purifie nos coeurs. Puisse Allah nous donner la fraternité, l'entente, la solidarité et l'Amour entre nous. Amin. 

vendredi, 09 octobre 2015 14:00

L’unité des musulmans

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l’Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.

     Les hommes formaient au début une seule communauté attachée à la foi en l’unicité divine (tawhid). Ensuite des divergences apparurent en leur sein ; les uns restèrent fidèles à la foi et les autres s’en écartèrent. Puis Allah dépêcha des prophètes qui apportèrent la bonne nouvelle et l’avertissement ; à savoir que celui qui les cru entrerait au paradis et celui qui ne les cru pas entrerait en enfer. Depuis lors, le conflit opposant la foi à l’infidélité et le vrai au faux n’a pas cessé et ne cessera jusqu’à ce qu’Allah hérite de la terre et de son contenu. L’Islam appartient à tous les humains et Allah a donné l’ordre de le transmettre à tous. Ce qui ne saurait se faire sans une force. Or la vraie force est fournie par la foi et l’unité. C’est pourquoi Allah a donné à tous les croyants l’ordre de s’accrocher à Sa religion, à rester unis et à ne pas se disperser. A ce propos, Il a dit : «  Cramponnez-vous ensemble à la corde d’Allah et ne vous divisez pas » (Sourate 3-1v3). Les divisions, les divergences et les tiraillements sont des causes de défaite et de disparition pour la communauté: « Et obéissez à Allah et à Son messager; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants. » (8 : 46).

     L’unité et le rassemblement font partie des enseignements fondamentaux de l’Islam. Les manifestations de l’unité sont nombreuses dans l’Islam. En effet, le Maître est Unique, le Livre est unique, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) est un, la religion est une, la qibla est une et la communauté aussi. Pour réaliser l’unité de la Umma, l’Islam a exhorté les musulmans à rester ensemble, et le Messager (bénédiction et salut soient sur lui) a expliqué que la main d’Allah est au service de ceux qui restent ensemble et que celui qui s’isole ira en enfer. Allah a institué le rassemblement dans tous les actes cultuels islamiques afin de réaliser l’unité. Il s’est adressé à la Umma en tant que communauté dans tous les règlements, pour faire comprendre que les musulmans constituent une seule communauté soudée comme un seul corps, communauté au sein de laquelle il ne saurait y avoir aucune discrimination et dont les membres reçoivent ensemble prescriptions et proscriptions. S’agissant de la pratique du culte, le Très Haut dit : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Allah n' aime pas, en vérité, le présomptueux, l' arrogant, » (Coran, 4 : 36) et donne à tous l’ordre d’observer la prière en ces termes : « Et accomplissez la Salât, et acquittez la Zakât, et inclinez- vous avec ceux qui s' inclinent. » (Coran, 2 : 43). Pour le jeûne, Il dit : «Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez- vous la piété » (Coran, 2 : 183)

     Pour le pèlerinage, Il dit : « Et c'est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d' aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes. » (Coran, 3 : 97) Pour le djihad, Il dit : « Et luttez pour Allah avec tout l'effort qu' Il mérite.» (Coran, 22 : 78) L’Islam jugent tous les hommes égaux devant la loi d’Allah : le blanc et le noir, l’arabe et le non-arabe ; le mâle et la femelle ; le riche et le pauvre sont regroupés au sein de l’Islam et reçoivent ensemble les mêmes prescriptions et proscriptions. Quiconque obéit à Allah et à Son Messager entrera au paradis et quiconque leur désobéit entrera en enfer conformément à Ses propos : « Quiconque fait une bonne œuvre, c'est pour son bien. Et quiconque fait le mal, il le fait à ses dépens. Ton Seigneur, cependant, n'est point injuste envers les serviteurs. » (Coran, 41 : 46).

Wassalamou alikom warahmatoullahTaala Wa Barakatouh .         

vendredi, 02 octobre 2015 14:00

La jeunesse, un espoir

     Chers frères, chères sœurs,

     La religion de l’islam insiste fortement sur la jeunesse et a ordonné de prendre soin des jeunes et de ne pas négliger leur éducation. Le jour du jugement, nous serons interrogés sur ce que nous aurons fait de notre vie et sur ce que nous aurons fait spécialement de  notre jeunesse. Ceci est une preuve de l’importance de cette période de la vie. Cette jeunesse est une période très sensible car elle trace ton chemin dans la vie, il est dit que celui qui passe sa jeunesse sur une chose la continuera toute sa vie. Toute communauté tire son énergie et sa vivacité de sa jeunesse. Sans cette jeunesse, toute communauté s’affaiblira et périclitera. La jeunesse est la colonne vertébrale de la communauté et ses armes, ses outils, elle a une énorme influence sur la communauté, soit positive soit négative. Nous ne manquons pas d’exemples en ce sens. Le Coran mentionne l’histoire de Ibrahim alahi salam lorsqu’il détruisit les idoles de son peuple alors qu’il était un jeune garçon, comme le mentionne le verset suivant (Certains) dirent: «Nous avons entendu un jeune homme médire d’elles; il s’appelle Abraham ». Egalement, un jeune homme croyant dans l’entourage de Pharaon qui n’eut pas peur de la force de ce dernier, et lui affirma sa foi clairement en dépit des menaces qui pèseraient sur lui, comme le cite le verset suivant « Et un homme croyant de la famille de Pharaon, qui dissimulait sa foi, dit : ‹Tueriez-vous un homme parce qu’il dit : ‹Mon Seigneur est Allah› . Enfin, les jeunes de la caverne, qui s’étaient éloignés de leur peuple et de sa perversité en se cachant dans leur caverne, comme le cite la sourate la caverne : « Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur; et Nous leurs avons accordé les plus grands moyens de se diriger [dans la bonne voie]. » Ainsi,  la jeunesse est la force de toute communauté, sa confiance et son espoir. Toujours lorsque l’incroyance règne et l’injustice menacent,  de jeunes gens savent se lever pour les contrer et cela en de maints endroits dans le Coran.

     Néanmoins, aujourd’hui nous voyons tant de jeunes habillés ou coiffés de manière qui n’est pas conforme avec la religion de notre Seigneur, tout cela parce qu’ils ont vu un chanteur ou un sportif le faire. Où est leur personnalité ? Ou souvent, c’est  le sport qui accapare tristement tous nos efforts, nos espoirs et nos joies…

     Comparons maintenant notre état, comparons nos espoirs et nos préoccupations d’aujourd’hui avec ceux de la jeunesse des époques passées, lorsque l’Islam et les musulmans étaient forts et méritaient les honneurs ici-bas et dans l’au-delà. Si l’on demande aujourd’hui quel est l’espoir de nos jeunes, nous trouvons que c’est d’être riche, d’être milliardaire, ou chanteur à succès, sportif célèbre, ou acteur connu que l’on verrait à la télévision. Au mieux, de devenir docteur en médecine, architecte ou professeur. Ecoutons maintenant les espoirs des compagnons du Messager d’Allah sas. Il est rapporté que Omar Ibn el Khattab demandait à ses compagnons « quels sont vos espoirs ? »
L’un deux répondit « je souhaiterais que cette maison soit remplie d’or afin de le dépenser dans le sentier d’Allah ». Un autre répondit « je souhaiterais que cette maison soit remplie de perles et de corail pour le dépenser dans le sentier d’Allah ». Omar ibn al Khattab dit alors « Avez-vous encore d’autres espoirs ? », ils dirent « nous ne savons plus quoi rajouter à cela ». Omar a dit alors « Quant à moi je souhaite que cette maison soit pleine d’hommes tels que Abou ‘Obeyda ibn el jarrah » Comparons cet état actuel avec celui de ce jeune garçon, Rabi’a bn Ka’b el aslami, qui avait travaillé auprès du Prophète sas. Selon Abi Salama, Rabi’a bn Ka’b el Aslami m’a raconté « Je restais la nuit en compagnie du Prophète sas pour lui apporter ce dont il aurait besoin pour faire ses ablutions. IL m’a dit « Demande (ce que tu souhaites) » Alors j’ai dit « Je te demande d’être en ta compagnie dans le paradis » Alors il dit « Demande encore autre chose que cela »
J’ai alors répondu « C’est cela ce que je veux »
Il a dit « Je te conseille alors d’augmenter le nombre de tes prosternations »Soubhanallah ! Voyez quel espoir avait ce jeune garçon. Dans une situation semblable, le meilleur d’entre nous demanderait  au mieux le paradis.     Alors que la volonté de ce compagnon était très forte et c’est là la grande différence avec notre époque.

     Nos espoirs et nos préoccupations d’aujourd’hui diffèrent fortement des leurs, attachés que nous sommes aux préoccupations matérielles et limitées de ce bas monde. Invoquons Allah pour qu’il nous facilite notre remise en question, afin que nos cœurs et nos raisons soient imprégnés du réalisme et de la sincérité qui animaient les croyants qui ont vécu auprès du Prophète tout comme les croyants qui leur ont succédé, qui ont su en tirer profit et ont ainsi élevé l’islam et les musulmans de leur époque.

Qu’Allah azza wa jalla nous aide et nous renforce sur le chemin et la voie de notre exemple le messager d’Allah sas. Amin.

mardi, 26 janvier 2016 17:11

Annonce Attelier Cuisine 2016

 

Vous annonce la reprise des cours de cuisine le samedi 06 Février 2016, à partire de 14h30.


pour les inscription ou plus d'information merci de nos contacter par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Iscription avant le 04-02-2016


"Une participation de 10 Euro par cour sera demander pour l'achat des ingrédients."

 

 

 

 

vendredi, 11 septembre 2015 20:29

Projet École de devoir Al Mouminine

 

Envie de travailler pour l’au-delà ? Donnons à nos enfants les moyens de réussir leurs devoirs !

Chers frères et sœurs, suite à de nombreuses demandes, la mosquée Al Mouminine ouvrira en septembre une école de devoir Inchallah.

Elle permettra d’accueillir des enfants de tout âge, du primaire au secondaire.

Les objectifs sont multiples :

  • Lutter contre l’échec et le décrochage scolaire;
  • Permettre à chacun d’avoir un suivi régulier et de bénéficier d’un accompagnement;
  • Créer une ambiance de travail ;
  • Valoriser le potentiel de chaque enfant;
  • Conscientiser les étudiants de leur capacité.

Pour ce faire, la mosquée souhaite recruter des frères et sœurs bénévoles ayant des compétences pour aider les élèves dans différentes matières : mathématique, français, biologie, chimie, anglais, …

Ce n’est pas tout ! La mosquée recherche également des personnes ayant des aptitudes pédagogiques et des capacités relationnelles exigées pour effectuer un travail social. Le but serait de réorienter les jeunes ayant des attentes particulières.

Alors si vous connaissez une personne, ou si vous êtes vous-même quelqu’un d’engager dans la vie active, en pleine dynamique professionnelle, coordinateur dans une école de devoir, titulaire d’un régendat ou non, diplômé assistant social,… ou êtes tout simplement motivés à participer à ce projet, faites-le savoir !

Sachez que le prophète (SAW) a dit : « Lorsqu’un homme meurt, son action cesse, sauf en trois choses : une aumône courante (Sadaqa jariya), une science dont on puise le savoir, un fils vertueux qui prie pour lui. » Rapporté par Muslim

Soyez professionnel, faites du bénévolat. Donnez chaque semaine 2 heures de votre temps.

Contact :
AFMCCM Mosquée Al Mouminine
Service Culturel
16 Rue de Marclan  31600 MURET

Tel: 09 54 99 52 60

Mail:  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

N.B. : Nous pouvons intervenir pour les frais de déplacement.

Horaire des prières    

Rappel Religieux

Messagerie     

Contacter-nous

Actualités & Evénements

Prêche de vendredi

Question reponse

Petites annonces

                                                                 

Copyright © 2014  afmccm.fr       AFMCCM 16 Rue Marclan 31600 MURET Tel 09-54-99-52-60