Vous êtes iciAccueil>Admin
Admin

Les louanges sont à Allah, que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

Chères frères et sœurs, notre prophète alayhi salat wa salam a toujours eu le souci pour sa communauté et il nous a mis en garde  contre toutes les épreuves, y compris celles qui arriveront lors de la Fin des Temps. Le prophète Muhammad alayhi salat wa salam a dit : « Il n’y eut de prophètes avant moi sans que ceux-ci ne montrent le chemin de vérité et ne mettent en garde contre le chemin de l’erreur, et votre génération connaîtra des troubles que les précédentes n’ont point connu, donc que chacun de vous implore son Seigneur! »  Les troubles passés paraissent insignifiants par rapport aux troubles actuels, par leurs ampleurs, leurs formes et leurs tromperies. Que celui d’entre vous qui veut être préservé des malheurs de la fin des temps craigne Allah, qu’il se rappelle le Jour du Jugement et qu’il ne prenne pas comme unique préoccupation la vie d’ici-bas. Le diable envoie sans arrêt ses disciples, djinns ou humains commettre des injustices et des troubles afin de déstabiliser les croyants et les faires dévier de leur dîn. Allah azza wa jal dit dans la Sourate Al A’raf : 7/27. « Ô enfants d'Adam! Que le Diable ne vous tente point, comme il a fait sortir du Paradis vos père et mère, leur arrachant leur vêtement pour leur rendre visibles leurs nudités. Il vous voit, lui et ses suppôts, d'où vous ne les voyez pas. Nous avons désigné les diables pour alliés à ceux qui ne croient point, 28. et quand ceux-ci commettent une turpitude, ils disent : "C'est une coutume léguée par nos ancêtres et prescrite par Allah." Dis : "[Non,] Allah ne commande point la turpitude. Direz-vous contre Allah ce que vous ne savez pas? »   Notons que les anciens mentionnaient les coutumes d’antan pour légitimer leurs injustices, de nos jours, c’est au nom de la modernité avec le principe de « vivre avec son temps » que Iblis et ses suppôts cherchent à tromper les fils d’Adam. Il faut être également vigilant envers certaines personnes au sein même de la communauté qui prennent l’apparence du vrai, la rhétorique du vrai pour en réalité détourner les musulmans de leurs fondamentaux. Le prophète alayhi salat wa salam nous a mis en garde dans deux hadiths rapporté par l’imam Ahmed : « Ce que je crains le plus pour ma communauté, ce sont les Imams qui égarent. » « Ce que je crains le plus pour ma communauté, tout hypocrite ayant l’art de la rhétorique. » (rhétorique : l’art du savoir parler.)  Mais le remède nous a été donné pour distinguer le vrai du faux. Ainsi, dans un autre hadith le prophète alayhi salat wa salam nous précise que le groupe victorieux sera celui qui suit le Coran et la Sunna authentique.

Les meilleurs disciples de Satan sont ceux qui causent les plus grands troubles comme les séparateurs de couples. La discorde entre les croyants, la division, est aussi un grand trouble craint par notre prophète. Les derniers habitants de cette vie connaîtront des comportements et des fitanes non connues des prédécesseurs, l’homme s’étant rebellé, il pense qu’il n’a plus aucune limite, il s’enfonce dans l’égarement  et cela causera sa perte comme nous le dit la Sourate Le Temps : 103/1. « Par le Temps! 2. L'homme est certes, en perdition, 3. sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres, s'enjoignent mutuellement la vérité et s'enjoignent mutuellement l'endurance. » Et la plus grande des pertes est bien sûr la perte de la foi. L’absence de foi écarte de la miséricorde d’Allah azza wa jal. Le Coran ne pénètre plus le cœur, le rappel ne fait plus d’effet et le cœur se meurt! Le prophète alayhi salat wa salam nous le savons, a donné des signes qui annoncent l’approche de l’Heure, beaucoup de signes sont là, devant nos yeux. Ne voit-on pas les constructions élevées? Ne voit-on pas la rébellion des enfants contre leurs parents? Ne voit-on pas le sang des musulmans couler de par le monde et la condition du monothéiste qui veut tenir ferme sur sa religion ? C’est comme tenir une braise dans la main. Terminons avec ce hadith rapporté par Tirmidhi : « L'Heure n'aura pas lieu tant que le temps ne se sera pas contracté, au point que l'année passera comme un mois, le mois comme une semaine, la semaine comme un jour, le jour comme une heure et l'heure s'écoulera aussi vite qu'un tison enflammé. » Qui peut nier la vitesse avec laquelle nos vies défilent?

Assalamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 20 mars 2015 12:26

L’autocritique (Partie 3)

     Les louanges sont à Allah, et que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Chers frères et sœurs, nous allons aborder aujourd’hui le sujet de la prière, de la mosquée et de sa fréquentation obligatoire. La droiture doit impérativement s’accompagner de la prière et de la fréquentation assidue de la mosquée.

     Le fait de beaucoup prier et demander pardon à Allah azza wa jal de nuit en pleurant ses pêchés est le propres des adorateurs. Le paradis des adorateurs est dans la prière et non pas dans la vie d’ici-bas et les biens matériels. La prière obligatoire et surérogatoires rapprochent d’Allah et augmentent Son amour envers ses adorateurs. Le prophète alayhi salat wa salam disait : « Le meilleur de vos actes réside dans la prière », et elle a encore plus de valeur quand elle est accomplie à la mosquée. Parmi les 7 qu’Allah azza wa jal prendra sous son aile le jour du jugement, il y a celui dont le cœur est attaché aux mosquées. On demanda à Nafih’ que faisait le fils d’Omar chez lui, il rapporta qu’il accomplissait ses ablutions pour chaque prière et qu’il lisait le Coran entre les prières. L’épouse de Masrouq rapporte qu’il ne passait pas une nuit sans que ses jambes ne soient gonflées par les actes d’adoration et elle restait derrière lui et implorait Allah d’être clément envers lui et de le protéger. Il ne manquait pas une prière et s’il était trop faible, il priait assis, et se retrouvait parfois à ramper de douleur. Bien sûr il ne faut pas attendre d’être âgés et malades ; notre prophète nous a enjoints à utiliser deux choses dans notre adoration : notre jeunesse et nos biens.

     Frères et sœurs, encourageons-nous à user de notre force et de notre jeunesse pour travailler dans le sentier d’Allah. Ibn Abbas qu’Allah l’agrée disait que Allah donnait la science aux gens lorsqu’ils sont jeunes et que le bien se cachait dans la jeunesse. Et enfin rappelons-nous cette parole de Hafsa fille de ibnou Sirine : « Oh vous les jeunes œuvrez étant jeunes, car les compagnons du prophète qui ont porté son message et suivit la lumière étaient jeunes. »Les jeunes sont souvent évoqués dans le Coran, dans la Caverne 18/13 : « 13. Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur; et Nous leurs avons accordé les plus grands moyens de se diriger [dans la bonne voie]. » Ou dans la sourate Maryam 18/12 : « 12. ..."Ô Yahya, tiens fermement au Livre (la Thora)! " Nous lui donnâmes la sagesse alors qu'il était enfant,13. ainsi que la tendresse de Notre part et la pureté. Il était pieux,14. et dévoué envers ses père et mère; et ne fut ni violent ni désobéissant.15. Que la paix soit sur lui le jour où il naquit, le jour où il mourra, et le jour où il sera ressuscité vivant! ».

    Allah azza wa jal exhorte les croyants à chercher refuge dans la patience et la prière dans Sourate Al Baqarah 2/153 « Ô les croyants! Cherchez secours dans l'endurance et la Salat. Car Allah est avec ceux qui sont endurants. 154. Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d'Allah qu'ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. 155. Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, 156. qui disent, quand un malheur les atteint : "Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons". 157. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés. »

     Qu’Allah nous compte parmi les bien-guidés, et qu’Il secourt la Oumma de Muhammad alayhi salat wa salam.

 

     Assalamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

 

vendredi, 13 mars 2015 13:00

L’autocritique (Partie 2)

     Les louanges sont à Allah, et que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Continuons sur le sujet de l’autocritique afin de nous réformer incha’Allah, le prophète alayhi salat wa salam était le meilleur d’entre nous par son adoration, il ne s’est jamais détourné de Son Seigneur aussi bien en l’adorant qu’en luttant pour Sa cause. Il était le plus courageux, le plus clément, le plus pudique parmi les hommes. Houdeyfa rapporte qu’il a vu le prophète invoquer Allah azza wa jal   avant de commencer sa prière. Il lut Sourate « La Vache » dans la première raqa’a. Son inclinaison fut aussi longue que lorsqu’il était debout, quand il se releva  il passa autant de temps que pour l’inclinaison. Puis sa prosternation fut aussi longue que son inclinaison et lorsqu’il s’assit entre 2 prosternations, il prit tout autant de temps. Dans 4 raqa’a, il lut « La Vache, Les Femmes, puis La Famille d’Imran  et La Table Servie ». Abou Ala rapporte que le prophète alayhi salat wa salam était toujours pensif et ne se reposait jamais et Aïcha qu’Allah soit satisfait d’elle, rapporte qu’une nuit elle le vit en train de lire 5/118 : « Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c'est Toi le Puissant, le Sage », et ce en pleurant toute la nuit jusqu’à l’aube. Comment ne pas méditer sur ce verset et sur l’effet qu’il eut sur le prophète ?

     Il fut également rapporté qu’il pria toute la nuit et quand Bilal vint pour le prévenir de l’heure de la prière, il lui dit : il m’a été révélé ces versets, malheur à celui qui entend et ne les médite pas (Sourate 3): « 190. En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l'alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d'intelligence, 191. qui, debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Allah et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant) : " Notre Seigneur! Tu n'as pas créé cela en vain. Gloire à Toi! Garde-nous du châtiment du Feu. 192. Seigneur! Quiconque Tu fais entrer dans le Feu, Tu le couvres vraiment d'ignominie. Et pour les injustes, il n'y a pas de secoureurs! 193. Seigneur! Nous avons entendu l'appel de celui qui a appelé ainsi à la foi : "Croyez en votre Seigneur" et dès lors nous avons cru. Seigneur, pardonne-nous nos péchés, efface de nous nos méfaits, et place nous, à notre mort, avec les gens de bien. 194. Seigneur! Donne-nous ce que Tu nous a promis par Tes messagers. Et ne nous couvre pas d'ignominie au Jour de la Résurrection. Car Toi, Tu ne manques pas à Ta promesse ».

     Le prophète alayhi salat wa salam ne manquait jamais une prière de groupe, quand il était malade sa première préoccupation était la prière des fidèles. Son cœur était toujours à la mosquée. Chers frères et sœurs nous devons aussi suivre l’exemple des compagnons, ils avaient un comportement exemplaire, quand on les observait leurs visages étaient doux, mais ils étaient forts lors des voyages et quand il fallait lutter pour la cause d’Allah. Ils étaient tels qu’Allah les décrit dans Son Qur’an 48/29 : « Muhammad est le Messager d'Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d'Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'évangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs. [Allah] par eux [les croyants] remplit de dépit les mécréants. Allah promet à ceux d'entre eux qui croient et font de bonnes oeuvres, un pardon et une énorme récompense. »  Un seul sahaba vaut certainement un millier d’hommes actuels !

     Faisons donc notre autocritique et observons comment nous implorons notre Seigneur, car le prophète a dit « Quand l’un d’entre vous se lève pour prier, il est en train d’implorer Allah, alors qu’il regarde de quelle façon il l’implore ». Qu’Allah nous pardonne et nous guide dans la voie qu’Il agréé.

 

     Wa salamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 06 mars 2015 13:00

L’autocritique

Au nom d’Allah, que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Cher frères et sœurs, le thème d’aujourd’hui est l’autocritique. Le constat est là, le durcissement des cœurs  et le délaissement du livre d’Allah par beaucoup d’entre nous : on ne le lit plus que lors du Ramadan alors que cela devrait être une pratique régulière. Dans Sourate Al Furqân, Allah nous met en garde 25/30 : « Et le Messager dit : "Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée! " ». Cela peut avoir pour conséquence une déviance dans la croyance, ce qui amène à sous-estimer l’islam. On délaisse également les prières surérogatoires et parfois même obligatoires ! Elles deviennent de simples mouvements sans substance. Le manque d’empressement à se mettre au premier rang, le manque d’assiduité dans la prière du vendredi et celles en groupe en général sont autant de signes. Le durcissement des cœurs se voit aussi dans le manque de compassion dans ce qui touche les musulmans, le refus de donner de ses biens alors qu’Allah azza wa jal a acheté l’âme et les biens du croyant, promettant en échange le paradis.

      Or notre rapport à l’adoration est comme la terre qui a besoin d’eau, notre cœur ne vit que par le rappel d’Allah, nous avons besoin de ce lien pour demeurer parmi ses proches. Notre Seigneur rappelle dans Sourate Yunus 10/61 :« Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n'accomplirez aucun acte sans que Nous soyons témoin au moment où vous l'entreprendrez. Il n'échappe à ton seigneur ni le poids d'un atome sur terre ou dans le ciel, ni un poids plus petit ou plus grand qui ne soit déjà inscrit dans un livre évident. 62. En vérité, les bien-aimés d'Allah seront à l'abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, 63. Ceux qui croient et qui craignent [Allah].

      Un peuple ne réussit que s’il compte en son sein des croyants pieux, des véridiques, et des proches d’Allah. Allah dit dans Sourate Le pardonneur, 40/51 : « Nous secourrons, certes, Nos Messagers, et ceux qui croient, dans la vie présente tout comme au jour où les témoins [les Anges gardiens] se dresseront (le jour du Jugement) » Il faut se rappeler les plus pieux de la Oumma  et suivre leur chemin car Allah les a cité dans son livre et leur a promis la suprême récompense 10/64 : « Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas tout comme dans la vie ultime. - Il n’y aura pas de changement aux paroles d’Allah -. Voilà l’énorme succès! » Ils ont cru, ont obéi et se sont éloignés des interdits. On rapporta un verre d’eau à Hassan ibn Ali qu’Allah l’agrée pour rompre son jeûne, mais quand il l’approcha de sa bouche, il pleura car il se rappela la Sourate Al A’raf 7/50 : « Et les gens du Feu crieront aux gens du Paradis : "Déversez sur nous de l'eau, ou de ce qu'Allah vous a attribué." "Ils répondront : Allah les a interdits aux mécréants". 51. Ceux-ci prenaient leur religion comme distraction et jeu, et la vie d'ici-bas les trompait. Aujourd'hui, Nous les oublierons comme ils ont oublié la rencontre de leur jour que voici, et parce qu'ils reniaient Nos enseignements. »

      Terminons par cette parole d’Al Hafid ibn hajar : « Le proche d’Allah est celui qui est assidu dans son obéissance, qui adore l’Unique sans rien lui associer, et surtout celui à qui Allah répond instantanément à son invocation. Il accepte son état et remercie Allah, effectue ses obligations, délaisse les interdits et a un but qui n’est pas celui des gens d’ici-bas. A chaque fois qu’Allah l’élève, il se rabaisse volontairement devant les gens.

 

Assalamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 27 février 2015 13:00

Les rescapés

Les louanges sont à Allah, et que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Parmi les histoires sur les rescapés qui ont pris le navire du salut, il y a celle qui s’est déroulée dans une mosquée lors d’une prière nocturne lors du mois de ramadan. L’imam était en train de réciter la Sourate SAD 38/49 : « Cela est un rappel. C'est aux pieux qu'appartient, en vérité, la meilleure retraite », lorsqu’un jeune d’une vingtaine d’années a commencé à pleurer et ses pleurs s’entendaient de plus en plus. Les sourates secouaient son cœur et ses pleurs touchaient les cœurs des prieurs. Et lors de la deuxième « Rak’aa »  les versets de la Sourate « La fumée» racontaient la déchéance de tout un peuple qui a désobéit à Allah Azza wa jal et n’a pas suivi Ses prophètes. Allah dit : 44/17. « Et avant eux, Nous avons déjà éprouvé le peuple de Pharaon, quand un noble Messager leur était venu ,18. [leur disant]: "Livrez-moi les serviteurs d'Allah! Je suis pour vous un Messager digne de confiance. 19. Ne vous montrez pas hautains vis-à-vis d'Allah, car je vous apporte une preuve évidente. 20. Et je cherche protection auprès de mon Seigneur et votre Seigneur, pour que vous ne me lapidiez pas. 21. Si vous ne voulez pas croire en moi, éloignez-vous de moi". 22. Il invoqua alors son Seigneur : "Ce sont des gens criminels". 23. "Voyage de nuit avec Mes serviteurs; vous serez poursuivis. 24. Laisse la mer calme; [telle que tu l'as franchie] ce sont, des armées [voués] à la noyade". 25. Que de jardins et de sources ils laissèrent [derrière eux]. 26. que de champs et de superbes résidences, 27. que de délices au sein desquels ils réjouissaient. 28. Il en fut ainsi et Nous fîmes qu'un autre peuple en hérita. 29. Ni le ciel ni la terre ne les pleurèrent et ils n'eurent aucun délai. » Ce jeune homme n’a pu s’arrêter de pleurer sous l’effet de ces versets et s’en est suivi d’autres versets mentionnant le châtiment préparé pour les naufragés, puis d’autres sur le paradis attendant les rescapés qui ont suivi le chemin d’Allah.

     A la fin, à la demande des prieurs, le jeune expliqua qu’il avait honte pour toutes les années perdue où il avait commis des péchés au vu d’Allah Azza wa jal, et que c’était son premier mois de prières et de jeûne. A ceux qui sont en train de se noyer, il est temps de se repentir, de s’écarter du péché, regretter de l’avoir commis et prendre la ferme résolution de ne plus jamais y retourner.

     Celui qui veut faire partir des rescapés doit connaitre Allah Azza wa jal, si tu veux qu’Allah soit avec toi crains le. Comme  le montre l’histoire rapportée par notre prophète alayhi salat wa salam : 

« Trois hommes de ceux qui étaient avant vous se mirent en route jusqu'à la tombée du soir qui les fit entrer dans une grotte où ils se réfugièrent. Un rocher dégringola de la montagne et boucha l'entrée de la grotte. Ils dirent alors: "Vous ne serez libérés de ce rocher qui si vous invoquez Allah exalté en évoquant vos bonnes actions passées ». L'un a prié Allah Azza wa jal par rapport à sa bonté envers ses parents. Le second a prié Allah parce qu’il a évité la fornication, et le troisième a prié Allah parce qu’il a rétribué son salarié. Le rocher s'écarta alors et ils sortirent en marchant ». La porte du repentir est ouverte aux serviteurs jusqu’à ce que le soleil se lève à partir du couchant. A ce propos, le Prophète alayhi salat wa salam a dit : « Certes Allah, le Puissant et Majestueux tend Sa main dans la nuit pour accepter le repentir des malfaiteurs de la journée et tend la main dans la journée pour accepter le repentir des malfaiteurs de la nuit et se comportera ainsi jusqu’à ce que le soleil se lève au couchant » [Rapporté par Muslim, n° 2759].

     Qu’Allah accepte notre repentir, Sourate L’ouverture : 1/6. « Guide-nous dans le droit chemin, 7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. »

 

As salamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 20 février 2015 13:00

Les naufragés (suite)

Les louanges sont à Allah, que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Nous avions commencé à voir ensemble le cas des naufragés de la Oumma, ceux qui cèdent aux interdits, aux péchés et adhèrent à des croyances contraire à la foi islamique à un point où ils ne se rendent plus compte du précipice dans lequel ils sont tombés. L’illusion de cette vie d’ici-bas les a cerné au point qu’ils oublient qu’elle n’est qu’un passage et non un but en soi, puis qu’ensuite vient la mort avant le Jour du Jugement.  C’est un message destiné à tous, et particulièrement à ceux qui ont pour unique préoccupation ce bas monde en ne respectant pas les interdits d’Allah ni Ses prescriptions, et qui en plus montrent  et parlent publiquement de leurs méfaits.

    Rappelons-nous ce hadith du prophète alayhi salat wa salam rapporté par Al Boukhari et Muslim : D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète alayhi salat wa salam a dit: « Toute ma communauté est pardonnée sauf les moujah’irin. Et certes fait partie de la moujah’ara qu'un homme fasse quelque chose la nuit, puis au matin, alors que Allah l'a caché, il dit: Ô untel hier j'ai fait telle et telle chose. Certes il a passé la nuit en étant caché par son Seigneur et le matin il découvre ce que son Seigneur a caché ».

     C’est pourquoi en islam la notion de rappel est très importante et qu’avec sincérité, miséricorde et bonne exhortation nous devons mutuellement nous rappeler Allah azza wa jal, et notre Seigneur dit  Sourate 51/55. « Et rappelle; car le rappel profite aux croyants. » Le prophète alayhi salat wa salam a dit : « Rappelez-vous souvent de celle qui anéantit les passions » (Hadith hassan rapporté par At-Tirmidhî au n°2049 et Ibn Mâjah au n°4258), celle qui anéantit les passions c’est-à-dire la mort. Il dit également dans un hadith rapporté par Al Boukhari : « Que périsse l’adorateur du dinar et l’adorateur du dirham ». Allah azza wa jal nous dit dans Sourate Al Hadid 57/16 : « Le moment n'est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs coeurs s'humilient à l'évocation d'Allah et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran]? Et de ne point être pareils à ceux qui ont reçu le Livre avant eux. Ceux-ci trouvèrent le temps assez long et leurs coeurs s'endurcirent, et beaucoup d'entre eux sont pervers. »

     Il a été rapporté qu’un jeune qui suivait le chemin de la droiture, faisait ses prières, apprenait par cœur le Coran, et il s’est rappelé un jour de ses anciens compagnons. Ils étaient encore dans les pêchés et les interdits, il les a contactés dans l’espoir de les sauver. Ils ont saisi l’occasion pour le tenter, en l’invitant à voyager avec eux afin qu’il leur rappelle Allah azza wa jal. Ses faux amis ont préparé un plan pour le dévier du droit chemin en louant un appartement meublé afin de lui envoyer une prostituée.

    Elle a usée de tous les moyens, tentation, musique et alcool jusqu'à ce que ce jeune soit tombé dans la fornication et le pire c’est que ce jeune homme est mort le soir même dans son sommeil ! D’où l’importance d’éviter la mauvaise compagnie : Ceux qui  vous encourageant à faire ce qui est agréable à Sheytan, qui vous poussent aux péchés et vous mènent au feu de l'enfer. Allah cite la réaction de l’homme désemparé dans Sourate Al Furqan 27/29 : « Malheur à moi! Hélas! Si seulement je n'avais pas pris "un tel" pour ami! Il m'a, en effet, égaré loin du rappel, après qu'il me soit parvenu". Et le Diable déserte l'homme (après l'avoir tenté). »

Qu’Allah nous accorde une bonne fin et qu’Il saisisse notre âme qu’en pleine soumission.

As salamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 13 février 2015 13:00

Les naufragés

     Les louanges sont à Allah, et que la paix et Ses bénédictions soient sur Son messager.

     Le sujet d’aujourd’hui ne concerne pas les naufragés en mer, mais les naufragés dans les plaisirs, les  délices et tout ce qui amène le fils d’Adam alayhi salam vers la perdition. Des gens succombent aux plaisirs éphémères comme s’ils étaient éternels, ils oublient que ce bas-monde est un lieu de passage et de test et qu’ensuite arrivera le Jour du Jugement. Allah Azza wa jal dit dans Sourate Al Ar’af 7/ 179. « Nous avons destiné beaucoup de djinns et d'hommes pour l'Enfer. Ils ont des coeurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels sont les insouciants ». Sans le savoir, des gens se noient, descendent vers l’abîme et prennent un chemin qui mène vers l’enfer. Tournons-nous vers les pieux qui sont à bord du navire du salut et demandons-leur de venir en aide à ces naufragés qui ont besoin de cœurs pleins de miséricorde, d’une bonne parole et d’un sourire sincère. Allah Azza wa jal dit dans Sourate Al Imran 3/159 : «  C'est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au coeur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. »

    Parmi les pratiques et les comportements des naufragés nous constatons que :

    -1 Certains voyagent dans l’insouciance pour les plaisirs et passent leur temps à s’amuser et chanter.

    -2 Ils s’occupent uniquement des apparences et suivent les modes comme le décrit la  Sourate Al-Munafiqun 63/4. « Et quand tu les vois, leurs corps t'émerveillent; et s'ils parlent, tu écoutes leur parole… » Ils passent leur temps à répandre la corruption sur terre, à diffuser l’hérésie et les mauvaises mœurs.  Mais heureusement nous pouvons revenir vers la droiture, tant que la porte du repentir est ouverte. Un jour, un jeune homme au temps du prophète alayhi salat wa salam est venu lui demander s’il pouvait commettre l’adultère tout en restant croyant. Le prophète alayhi salat wa salam le mis en garde car personne n’aimerait voir sa mère, sa sœur ou sa tante commettre l’adultère, et qu’il devait donc se préserver lui ainsi que la société.

    Le jeune demanda des invocations au prophète alayhi salat wa salam et le messager d’Allah lui dit en priant Allah : « Oh Allah purifie son coeur, pardonne ses péchés, préserve ses parties intimes et épargne lui la tentation. »

    Plus subtil que les péchés connu et identifiable il y a le naufrage au niveau de la croyance et des idées. Lorsque les musulmans adhèrent par le cœur à des valeurs et des idéologies contredisant leur foi. Ils se pensent toujours sur le chemin droit alors qu’ils en ont dévié et que leurs œuvres pourraient être rendue vaine…

    Sûr d’eux, ils appellent les gens vers leurs hérésies et s’enfoncent dans les ténèbres jusqu’à ne plus retrouver le chemin pour revenir sur leurs pas… L’égarement, les pêchés et les interdits sont devenus chez eux une habitude.  Allah Azza wa jal dit d’eux dans Sourate An-Nour 24/40. « [Les actions des mécréants] sont encore semblables à des ténèbres sur une mer profonde : des vagues la recouvrent, [vagues] au-dessus desquelles s'élèvent [d'autres] vagues, sur lesquelles il y a [d'épais] nuages. Ténèbres [entassées] les unes au-dessus des autres. Quand quelqu'un étend la main, il ne la distingue presque pas. Celui qu'Allah prive de lumière n'a aucune lumière. » Qu’Allah nous préserve d’être des naufragés, qu’Il nous accorde Sa guidée et une belle fin.

 

As salamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 06 février 2015 11:04

Une génération unique (suite)

Les louanges sont à Allah, et que la paix et les bénédictions soient sur Son messager.

    Nous avions commencé à évoquer la résolution des contemporains du prophète alayhi salat wa salam face au jugement d’Allah et leur complète soumission aux décrets même si cela devait leur coûter la vie du moment qu’ils se présenteront purifié devant leur Seigneur. Ainsi, un autre récit nous est parvenu rapporté dans le Sahih de l’imam Al Boukhari.

     Omar (ra) rapporte qu'il y avait à l'époque du Prophète sallallâhou alayhi wa sallam, un homme qui s'appelait Abdoullah. Il avait l'habitude de faire rire le Messager d'Allah sallallâhou alayhi wa sallam. Le Prophète l'avait déjà frappé auparavant le punissant pour avoir consommé du vin. On l'emmena encore un jour (après qu'il ait bu à nouveau), ordre fut donné et il fut battu. Un homme dans l'assemblée dit: "Ô Allah ! Maudis-le! Il a été conduit ici tant de fois (pour avoir bu)… !" Le Prophète sallallâhou alayhi wa sallam répliqua alors: "Ne le maudissez pas ! Par Allah, je ne connais de lui que le fait qu'il éprouve l'amour pour Allah et Son Messager." En commentant ce Hadith, Ibn Hadjar (ra) a dit : « Il y a là une réfutation pour ceux qui considèrent que celui qui commet un grave péché devient incroyant, le Prophète sallallâhou alayhi wa sallam a en effet empêché qu'on maudisse cette personne et il a au contraire ordonné qu'on prie en sa faveur (suivant ce qui est rapporté dans d'autres versions) et il est tout à fait possible que l'amour d'Allah et de Son Messager soit présent dans le cœur de quelqu'un qui commet des péchés et des actes interdits ».

     L'Imâm Nawawi (ra) rappelle dans son commentaire du Sahîh Mouslim que lorsqu'un musulman commet un des grands péchés, sa foi n'est plus complète: Ibn Abbâs (ra) disait en effet que, en de telles occasions, la lumière de la foi est extraite du cœur du musulman… Oubâdah Ibn Sâmit (ra) raconte qu'une fois, le Prophète sallallâhou alayhi wa sallam a dit alors qu'il était entouré d'un groupe de ses compagnons: "Prêtez moi serment d'allégeance que vous n'associerez rien à Allah, que vous ne volerez pas, que vous ne forniquerez pas, que vous ne tuerez pas vos enfants, que vous ne commettrez aucune infamie avec vos mains et avec vos pieds et que vous ne désobéirez pas en ce qui est convenable. Celui d'entre vous qui respecte (cet engagement), son salaire est dû (auprès) d'Allah. Et celui qui fait une de ces choses et qui est ensuite châtié dans ce monde, ceci lui servira d'expiation. Et celui qui fait une de ces choses, puis Allah le dissimule (c'est-à-dire cache son péché dans ce monde), son sort (dépend) d’Allah: S'Il le veut, Il pardonnera; et s'Il le veut, Il le châtiera." (Boukhâri) Il y a l’histoire du bédouin amené par deux jeunes qui l’accusaient d’avoir tué leur père, le Bédouin partit après avoir bénéficié de trois jours de délai pour dire adieu à sa famille et leur conseiller de s’en remettre à Allah avant de revenir pour subir la punition.

     Une fois le délai passé, Omar Ibn Al Khattab rassembla les gens pour la prière, les deux jeunes arrivèrent. Puis après un certain temps et alors que le bédouin se faisait attendre, juste avant le coucher du soleil, il apparut. Omar Ibn Al Khattab et toute l’assistance exhalèrent un profond soupir et crièrent : Allahu akbar ! Omar s’adressa au bédouin et dit : si tu étais resté chez toi, personne n’aurait su où te trouver ! Le bédouin répondit : « Par Allah, Ô Prince des Croyants, si je suis revenu, ce n’est pas par crainte de la mort ou de vous, mais par crainte de Celui qui connaît certes les secrets même les plus cachés. Me voici devant vous après avoir laissé mes enfants à la campagne, tels des petits oiseaux sans eau ni verdure attendant la miséricorde de leur Créateur. Je suis venu pour être exécuté! » Omar se leva et demanda aux jeunes ce qu’ils en pensaient? « Nous l’avons pardonné, Ô prince des croyants pour avoir tenu sa promesse! » N’ayant pas pu retenir ses larmes, Omar s’écria : Allahu akbar !  et ses larmes coulaient sur sa barbe. L’islam uni la miséricorde et l’exigence de justice, ce sont des exemples de cette génération unique, ils aimaient et craignaient plus leur Seigneur que la mort ou l’autorité des hommes. 

As salamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu

vendredi, 30 janvier 2015 12:13

Une génération unique

Les Louanges sont à Allah, que la paix et les bénédictions soient sur Son messager.

     La génération contemporaine du messager d’Allah alayhi salat wa salam était une génération unique. Pas seulement concernant son héroïsme, ses sacrifices, son savoir et son comportement, mais aussi sur un autre aspect, celui de sa résolution devant le jugement d’Allah. Ceux qui avaient commis des pêchés et se sont repentis afin de se purifier par crainte et amour d’Allah, ceux qui ont accepté les peines légiférées quitte à délaisser cette vie d’ici-bas éphémère en espérant l’au-delà éternelle.

    Voici l’histoire de cette femme du temps du prophète alayhi salat wa salam citée dans le Hadith suivant : Abd'Allah Ben Burydah a rapporté de la part de son père qu'une femme a dit au prophète : "ô Messager d'Allah ! J'ai forniqué, purifie-moi." Mais le prophète l'a renvoyée. Le lendemain, elle lui a dit "Ô Messager d'Allah ! Pourquoi tu me renvoies ?! Me renvoies-tu comme tu as renvoyé Maëz ! Par Allah, je suis enceinte" Il lui répondit : "Non, va-t’en et reviens quand tu auras accouché." Quand elle a donné naissance à son garçon, elle le lui a apporté dans une étoffe et elle a dit : "Le voilà, je l'ai mis au monde" "Va l'allaiter et reviens après sevrage" répondit le prophète. Quand elle l'a sevré, elle lui a apporté le gamin portant un morceau de pain à la main et a dit : "Le voilà, ô Messager d'Allah ! Je l'ai sevré et il se nourri." Le prophète alayhi salat wa salam confia l’enfant à un homme et  ordonna de creuser un trou de profondeur suffisante pour couvrir son corps jusqu'à la poitrine, puis il a ordonné de la lapider. Khaled Ibn al-Walid a lancé une pierre qui toucha la tête de la femme et dont le sang s’est projeté contre le visage de Khaled, il a alors commencé à l'insulter. Le Messager d'Allah alayhi salat wa salam l'entendu et lui dit : "Doucement ô Khaled ! Par Celui qui détient le sort de mon âme, elle s'est repentie et son repentir est tel que si quelqu'un commet le Mukss (la taxe sur le passage des marchandises, l'intérêt usuraire,...) et s'est repenti, Allah l'aurait pardonné. Le prophète a ordonné ensuite qu'elle soit enterrée puis il a fait la prière funéraire. (Rapporté par l'imam Muslim).

     Il s’agit d’une grande femme, la foi s’est tellement enracinée dans son esprit et son coeur qu’elle a choisie et insistée jusqu’au bout pour se purifier à travers ce châtiment qui l’amenait vers la vie de l’au-delà. Les repentis de la génération de notre prophète alayhi salat wa salam ont atteint un niveau auquel ne peuvent prétendre les meilleurs d’entre nous aujourd’hui.

    C’est pourquoi il est capital dans notre contexte imprégné de l’humanisme athée de prendre conscience de l’importance de la parole d’Allah et celle de Son messager. Des musulmans de nos jours se permettent de juger la législation d’Allah à l’aune de valeur issue d’idéologies mécréantes. Nous savons qu’il y a des conditions très stricte pour l’application des peines, mais elles existent dans le droit musulman, et les renier, c’est renier une partie de ce qu’Allah a fait descendre. Et Allah a mis en garde les juifs qui agissaient ainsi dans Sourate Bâqarah  2/85 : «… Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste?... ».

    L’islam est une force juste dans l’exécution des peines légales et une miséricorde quand ces peines ont été exécutées comme le veut Allah Azza wa jal. L’islam éduque les consciences des gens et approfondit leur foi concernant la nécessité du règne de la justice ici-bas tout en ayant l’espérance d’être parmi les purifiés pour l’au-delà. 

As salamou alaykoum wa rahmatuLlahi wa bârakatu.

Horaire des prières    

Rappel Religieux

Messagerie     

Contacter-nous

Actualités & Evénements

Prêche de vendredi

Question reponse

Petites annonces

                                                                 

Copyright © 2014  afmccm.fr       AFMCCM 16 Rue Marclan 31600 MURET Tel 09-54-99-52-60